Blog du Syndicat d'initiative de Seraing - Syndicat d'initiative de Seraing

Aller au contenu

→ Une rue, une histoire : l'avenue du Ban

Syndicat d'initiative de Seraing
Publié par Syndicat d'Initiative dans Communication · 4 Décembre 2020
Tags: ruenomhistoireseraingbanavenueforêtboisvecquéehistoriquelégendesmareauxjoncspromenadetourisme


UNE RUE, UNE HISTOIRE : L' AVENUE DU BAN



Vous y habitez depuis toujours, vous passez souvent par-là, vous y rendez visite à vos grands-parents, à des amis. Mais peut-être ignorez-vous tout du nom de cette rue ? Les origines et significations des noms de rue sont souvent méconnues.
Pour y remédier, le Syndicat d’initiative vous propose chaque semaine de revenir sur le nom d'une rue de Seraing et d'évoquer son histoire.  Nous nous baladons cette semaine à l'orée du bois, sur l'avenue du Ban.

Le ban de Seraing
Le mot « ban » est d’origine germanique : il a le sens de « lien » ou d’ « association ». Le ban de Seraing était jadis  formé par les communes de Seraing, Jemeppe et Boncelles. La cour échevinale du « ban de Seraing », comme toutes les cours basses, avait à l’origine des prérogatives administratives et judiciaires. Cependant, à partir du XIIe siècle, les échevins ne furent plus que des juges. L’échevinage local se composait d’un mayeur et de sept échevins aidés par un greffier et nommés à vie par le prince-évêque. Ces juges étaient inamovibles et le pouvoir judiciaire absolument indépendant. En matière répressive, les cours basses faisaient l’instruction des affaires, puis transmettaient les dossiers à l’échevinage de Liège qui, après examen, les renvoyaient aux cours basses en les chargeant de prononcer les jugements dans le sens indiqué. L’échevinage de Liège, appelé aussi «  tribunal de la loi », était composé de quatorze juges. Leur chef s’appelait le grand mayeur. Les échevins de Liège avaient la réputation justifiée d’être des juges très savants. Ils étaient chargés d’élucider les points de droit épineux que leur soumettaient les cours basses.

Lieux-dits et légendes forestières
Le long de de la voie de l’Abbé (aussi appelée allée du Ban) et de l’avenue du Ban, en forêt de la Vecquée, se trouve le lieu-dit la « Mare aux Joncs ». On y rencontrait, disait-on, le feu follet (loum’rote) : petite flamme légère et maléfique des marais, ordinairement considérée comme une âme errante qui cherche à attirer le passant dans les eaux bourbeuses. Une autre croyance se rattache à cet endroit : autrefois, les jouvencelles choisissaient trois brins de jonc dont elles coupaient les extrémités afin de leur donner la même longueur et attachaient à chacun d’eux un bout de laine de couleurs différentes. Le noir représentait le célibat ; le rouge, l’amant inconnu et le vert, l’objet des vœux de la jeune fille. Après dix jours d’attente, l’oracle se prononçait par celui des trois brins de joncs qui avait dépassé les deux autres en hauteur.
L’allée du Ban, c’est aussi un endroit de la foret de la Vecquée marqué par un calvaire constitué de quatre cylindres de pierre superposés et surmontés d’un crucifix. Une des pierres du calvaire porte la date de 1810, ce qui permettrait de considérer qu’il s’agit d’une marque domaniale placée au temps de l’empire. L’allée du Ban était, dit-on, empruntée par des abbés qui allaient percevoir la dime dans certaines communes du Condroz. D’aucuns croient que c’est à l’endroit du « Bê Bon Diu » que cette perception avait lieu. La tradition orale des forestiers nous apprend par contre que le crucifix fut placé par les paroissiens de Boncelles, qui en faisaient jadis le but de leur procession. D’autres racontent que des soldats républicains y ont été enterrés après la bataille d’Esneux le 18 septembre 1794. Certains émettent même l’hypothèse que « li Bê Bon Diu » rappelle un meurtre commis à cette époque et à cet endroit. Nul ne sait exactement laquelle de ces légendes peut bien correspondre à la réalité.

Pélerinage local
Depuis quelques années, le Bê Bon Dju est devenu un lieu de recueillement. Le crucifix est parfois orné d’un bouquet de bruyères, tandis que des bougies brulent au pied du calvaire. Un mystique a peint sur le fut une tête douloureuse et les pèlerins déposent en « ex voto » (à la suite d’un vœu) de menues pièces de monnaie.  
En sa séance du 6 mai 1977, le conseil communal a débaptisé l’avenue de Boncelles pour lui donner le nom d’avenue du Ban. Cette voie publique relie la rue des Nations-Unies à la rue de Fraigneux.

Les histoires des noms de rue vous fascinent ? Au Syndicat d’Initiative, nous vendons l’ouvrage très complet de René Crine, En parcourant les rues de Seraing (7€). Nous mettons également en consultation le livre Les rues de Seraing : histoire, toponymie, folklore écrit par Eugène Dounan et Nicolas Pirson (1952).

Sources :
Crine R., En parcourant les rues de Seraing, p. 23.
Seraing à travers ses forêts, p. 83 et p. 95.
Seraing : quelques sites remarquables, p. 78.
Douan E. et Pirson N., Les rues de Seraing : histoire, toponymie, folklore, p. 66.



Contactez-nous
Suivez-nous
Liens rapides
Newsletter
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
Rue du Val-Saint-Lambert, 243
4100 Seraing
info@siseraing.be
+32 4 336 66 16
Brochures
Réservation salle
Quoi de neuf ?
La ville de Seraing
Derniers événements
Contact
Mentions légales
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
 


   
© Copyright 2020 - Syndicat d'initiative de Seraing               Website crafted by              E-mage concept à Aywaille
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Retourner au contenu