Blog du Syndicat d'initiative de Seraing - Syndicat d'initiative de Seraing

Aller au contenu

→ Une rue, une histoire : la rue Alfred Smeets

Syndicat d'initiative de Seraing


UNE RUE, UNE HISTOIRE : LA RUE ALFRED SMEETS



Vous y habitez depuis toujours, vous passez souvent par-là, vous y rendez visite à vos grands-parents, à des amis. Mais peut-être ignorez-vous tout du nom de cette rue ? Les origines et significations des noms de rue sont souvent méconnues.
Pour y remédier, le Syndicat d’initiative vous propose chaque semaine de revenir sur le nom d'une rue de Seraing et d'évoquer son histoire.  Aujourd’hui, nous explorons l'histoire qui se cache derrière la rue Alfred Smeets.

Le petit français
Nous abordons cette semaine l'histoire d'un personnage haut en couleur, Alfred-Paul-Hortense Smeets. C’est à Liège, le 7 juin 1857 qu’il voit le jour. Orphelin, il est élevé par ses grands-parents. Il a dix-neuf ans quand il arrive à Seraing avec pour seul bagage un vécu de bourlingueur : valet de ferme au Brésil et à Paris, journalier à Tilleur puis à Jemeppe et enfin à Seraing où il est embauché aux usines Cockerill.
De son séjour en France, il a gardé un accent quelque peu parisien, une allure de gavroche et une verve caustique. On l’appelait à l’époque, « le petit Français ». Plus tard, il reçu le surnom de « Napoléon », consécration ultime de sa popularité.
À l’atelier, il se fit l’éducateur de ses compagnons. Aux heures de détente, il commentait avec eux les articles de journaux.

La grève belge de 1886
En 1886, la Belgique traverse une grave crise économique : forte baisse des salaires, chômage généralisé et absence de politique sociale. Les conditions de vie sont déplorables. Les ouvriers dépendent des patrons qui ont leur sort  entre les mains. Ils peuvent les engager ou les renvoyer à leur guise et comme les logements des ouvriers sont souvent propriété du patron, l’ouvrier congédié perd non seulement son travail, mais aussi sa maison. La révolte sociale est donc inévitable : elle durera du 18 au 29 mars 1886 et sera réprimée dans le sang, avec plusieurs dizaines de morts dans le camp des insurgés.
Pour calmer les esprits, le Gouvernement nomme une commission d’enquête qui obtient de piètres résultats, les ouvriers n’osant pas exposer leurs griefs par peur de licenciement. Alfred Smeets a cependant cette audace. Il dénonce la misère des travailleurs, les journées de quatorze heures pour un salaire de 2,60 à 2,80 francs, il proteste contre le « Truck Système » (paiement des salaires en marchandises), qui est alors d’usage dans de nombreux établissements industriels.
Son intervention courageuse lui vaut le renvoi de l’usine et l’impossibilité de trouver du travail ailleurs, même dans les charbonnages, où  l’on refuse de l’embaucher. Smeets et sa famille, déjà dans la gêne, connaît la misère. Il se fait alors marchand de journaux, ouvre un café (immédiatement surveillé par la police) mais rien n’arrête son action opiniâtre. Doué d’un tempérament impétueux, d’une facilité de parole remarquable c’est un remarquable orateur, un tribun. Il faut du cran pour braver les quolibets, pour forcer l’attention des sceptiques et pour enfreindre les interdictions. Éditeur responsable de diverses publications comme « Le Réveil », « Le Travail », « Le Drapeau Rouge », « Le Socialisme », il est poursuivi, tandis que sa femme et ses enfants sont expulsés de leur logis.
En 1892, les organisations ouvrières installent une Maison du peuple, rue Morchamps. Smeets en est le limonadier.

Entrée en politique
En 1894, d’abord élu conseiller provincial puis Député, il se signale par ses multiples interventions et n’hésite pas à égratigner la majorité à la chambre. Quelques mois après son élection, à la suite d’un meeting en région liégeois, on lui attribue des paroles outrageantes envers Mr Van Hougaerden. Poursuivi, Smeets fut condamné à 6000 francs de dommages et intérêts et la chambre des Députés décida de lui saisir tout son salaire. Alors, en plein parlement, il cria qu’il allait s’établir comme cireur de bottes à la gare du Nord. Il se fit confectionner une caisse, portant en grosses lettres l’inscription : Alfred Smeets, cireur de bottes, représentant de la Nation. Il fallut l’intervention de ses amis pour lui faire abandonner son projet. Des versements mensuels de ses collègues lui permirent de poursuivre l’exercice de son mandat.
Déjà entré comme conseiller communal en 1895, il occupa les fonctions d’Echevin des finances. Son influence fut considérable, et il fit prendre des décisions administratives progressistes.
En 1909, le 11 décembre, il s’éteignit dans sa maison de la rue Morchamps. On lui fit des funérailles impressionnantes.

Le 15 avril 1914, la société coopérative « La Maison du Peuple » sollicita l’autorisation de construire des locaux, bureaux, salles de spectacle et de réunion sur le terrain qu’elle venait d’acquérir rue Papillon. L’autorisation fut accordée le 20 mai par le Collège Echevinal et c’est à la suite de l’installation de cette Maison du Peuple que le premier tronçon de la rue Papillon prit le nom du tribun socialiste sérésien.

Les histoires des noms de rue vous fascinent ? Au Syndicat d’Initiative, nous vendons l’ouvrage très complet de René Crine, En parcourant les rues de Seraing (7€). Nous mettons également en consultation le livre Les rues de Seraing : histoire, toponymie, folklore écrit par Eugène Dounan et Nicolas Pirson (1952).

Sources :
Crine R., En parcourant les rues de Seraing, p. 280.
Douan E. et Pirson N., Les rues de Seraing : histoire, toponymie, folklore, pp. 52-55.
"La grève belge de 1886" sur Wikipedia, <https://fr.wikipedia.org/wiki/Grève_belge_de_1886>



Contactez-nous
Suivez-nous
Liens rapides
Newsletter
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
Rue du Val-Saint-Lambert, 243
4100 Seraing
info@siseraing.be
+32 4 336 66 16
Brochures
Réservation salle
Quoi de neuf ?
La ville de Seraing
Derniers événements
Contact
Mentions légales
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
 


   
© Copyright 2020 - Syndicat d'initiative de Seraing               Website crafted by              E-mage concept à Aywaille
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Retourner au contenu