Blog du Syndicat d'initiative de Seraing - Syndicat d'initiative de Seraing

Aller au contenu

→ Une rue, une histoire : la rue Renkin Sualem

Syndicat d'initiative de Seraing


UNE RUE, UNE HISTOIRE : LA RUE RENKIN SUALEM



Vous y habitez depuis toujours, vous passez souvent par-là, vous y rendez visite à vos grands-parents, à des amis. Mais peut-être ignorez-vous tout du nom de cette rue ? Les origines et significations des noms de rue sont souvent méconnues.
Pour y remédier, le Syndicat d’initiative vous propose chaque semaine de revenir sur le nom d'une rue de Seraing et d'évoquer son histoire.  Nous nous intéressons ce vendredi à un inventeur né dans notre cité : monsieur Rennequin Sualem.

Un génie chez les Sualem
Dans la famille Sualem, on est maître-charpentier des mines de Liège de père en fils et Rennequin (son nom, orthographié à l’origine « Renkin », a été francisé suite à sa notoriété) ne déroge pas à la règle. Né le 29 janvier 1645 à Jemeppe, le jeune garçon doit gagner sa vie au lieu de fréquenter l’école et c’est sur le tas qu’il apprend le métier.
Curieux et intelligent, le jeune Rennequin n’a pas les yeux en poche et observe attentivement ce qui se passe autour de lui, notamment la mise en place des dispositifs chargés d’éliminer les eaux d’infiltration. Rapidement, la mécanique devient sa passion.
Il mettra son ingéniosité au service du comte de Marchin. S’inspirant du principe des machines d’exhaure (machine permettant d’évacuer à distance les eaux inondant les galeries des mines), il réussira à alimenter en eau le château de Modave à partir du Hoyoux, la rivière coulant cinquante mètres plus bas. Mais tapi dans l’ombre, quelqu’un songe déjà à tirer parti du génie de Sualem.  Arnold De Ville, ami du Comte de Marchin, recherche avidement les honneurs et les dignités. Ses fréquentes visites au château lui permettent d’admirer et d’étudier la machine conçue par Renkin.

Cap sur Versailles
Arnold De Ville, gentilhomme hutois, bien introduit à la cour du Roi Soleil, est peu scrupuleux, ambitieux et beau parleur. Il n’a qu’une idée en tête : prouver qu’il est capable d’offrir à Versailles ce qu’aucun ingénieur français n’a réussi avant lui : alimenter le millier de fontaines, de plans d’eau et de cascades imaginées par André Le Nôtre avec l’eau de la Seine. Chemin faisant, il propose au roi Louis XIV de construire une machine capable d’apporter les eaux de la Seine aux jardins de Versailles, situés à 3,5 km mais 160 mètres plus haut. C’est un véritable challenge.
De son côté Rennequin Sualem n’est pas dupe : il a compris qu’Arnold De Ville s’est fait passer pour le concepteur de ses machines auprès du roi. Il entreprend quand même le chantier, aidé par ses proches, et exige du matériel de qualité, venant pour la plupart des bords de Meuse. Il choisit aussi lui-même l’endroit idéal pour installer sa machine : le moulin de Marly.
Le chantier est dantesque et dure sept ans. Il occupe près de deux-mille hommes dont sept-cents liégeois.
Le 16 juin 1688, le Roi Soleil en personne inaugure la « Machine de Marly ». Il est époustouflé par tant de génie. Il a d’ailleurs très vite compris que le véritable auteur de cet exploit est bien Rennequin Sualem, et non Arnold De Ville. Il a de la sympathie pour cet homme simple, s’exprimant dans un patois wallon. Quand le Roi lui demandera comment il a eu l’idée de cette machine, il répond : « Tot tuzant, sire »(en y réfléchissant).

Un grand inventeur
Considérée comme la « huitième merveille du monde » par Louis XIV, la Machine de Marly vaudra à son inventeur, Rennequin Sualem, d’être anobli et nommé Premier ingénieur du roi. Quant à Arnold Deville, on le pria de quitter la Cour. Il continua pourtant longtemps à revendiquer pour lui-même le génie de Sualem.
Rennequin Sualem décédera le 29 juillet 1708 en France. Il est enterré dans l’église de Bougival, à proximité de son chef-d’œuvre. Afin de dissiper les doutes et allégations répandus par De Ville, les descendants de Sualem firent inscrire le message suivant sur sa pierre tombale : « Ci-gît Rennequin Sualem, seul inventeur de la machine de Marly ».

En séance du 27 septembre 1876, le Conseil Communal de Jemeppe a donné le nom de rue Renkin Sualem au tronçon compris entre la rue de la Station et la rue de Hollogne.

Les histoires des noms de rue vous fascinent ? Au Syndicat d’Initiative, nous vendons l’ouvrage très complet de René Crine, En parcourant les rues de Seraing (7€). Nous mettons également en consultation le livre Les rues de Seraing : histoire, toponymie, folklore écrit par Eugène Dounan et Nicolas Pirson (1952).

Sources :
Crine R., En parcourant les rues de Seraing, p. 286.
"Rennequin Sualem" sur Histoire-des-belges.be <http://www.histoire-des-belges.be/quelques-celebrites-belges/rennekin-sualem>
"Le Château de Modave" <www.modave-castle.be>
Image : Wikipedia



Contactez-nous
Suivez-nous
Liens rapides
Newsletter
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
Rue du Val-Saint-Lambert, 243
4100 Seraing
info@siseraing.be
+32 4 336 66 16
Brochures
Réservation salle
Quoi de neuf ?
La ville de Seraing
Derniers événements
Contact
Mentions légales
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
 


   
© Copyright 2020 - Syndicat d'initiative de Seraing               Website crafted by              E-mage concept à Aywaille
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Retourner au contenu