Blog du Syndicat d'initiative de Seraing - Syndicat d'initiative de Seraing

Aller au contenu

→ Une rue, une histoire : la rue des Hédroits

Syndicat d'initiative de Seraing


UNE RUE, UNE HISTOIRE : LA RUE DES HÉDROITS



Vous y habitez depuis toujours, vous passez souvent par-là, vous y rendez visite à vos grands-parents, à des amis. Mais peut-être ignorez-vous tout du nom de cette rue ? Les origines et significations des noms de rue sont souvent méconnues.
Pour y remédier, le Syndicat d’initiative vous propose chaque semaine de revenir sur le nom d'une rue de Seraing et d'évoquer son histoire. Aujourd'hui, petit tour par la rue des Hédroits. Cette rue va de la rue de la Résistance à la rue Malvoz et fut ainsi dénommée par décision du Collège Echevinal du 26 janvier 1950, pour évoquer l’un des  épisodes les plus sanglants de notre histoire. Les Hédroits, ce sont des « braillards », des « frondeurs », des « haïsseurs de droit ». On donna ce nom à ceux qui voulaient l’observation stricte des usages traditionnels.

Jean de Bavière, dit "sans pitié"
En 1390, bien qu’il n’ait pas l’âge exigé par les canons, Jean de Bavière, âgé d’à peine dix-sept ans, est choisi par le chapitre cathédral (formé de soixante chanoines de Saint-Lambert) pour monter sur le siège laissé vacant suite à la mort d’Arnould de Hornes. Il prend le nom d’ « élu », en attendant d’être sacré évêque. Ce prince, hautain et autoritaire, arrive dans une cité où règne un régime très démocratique. C’est ainsi, par exemple, que le Conseil de la Cité, (les représentants des métiers) confère des franchises sans l’accord de l’évêque, fait plaider à son prétoire des procès qui concernent les officiers du Prince et s’immisce même dans les affaires ecclésiastiques. Un conflit était inévitable entre Jean de Bavière, imbu et autoritaire et la Cité, jalouse de ses acquis.
Ce sont les Sérésiens qui mirent le feu  à la mèche en 1395 (la seule rue des Hédroits dans la région se situe d’ailleurs à Seraing). Seraing étant à cette époque encore une petite campagne, on peut parler d’une véritable révolte paysanne. La querelle éclata au sujet des droits de pâture dans la foret de la Vecquée.
Collard Delaveu, « mambour » (mandataire) du Prince prétendait que le nombre maximum de pourceaux que les « maswirs » (bénéficiaires du droit de pâture) avaient le droit de placer dans le bois de la Vecquée était atteint. En conséquence, « les cruchons » (jeunes pourceaux) de la pâture, appartenaient au Prince et à son représentant. Les sérésiens répliquèrent que le prince n’étant pas « maswir », il ne devait donc pas bénéficier de ce droit.

Un procès injuste
Jean de Bavière cita les manants du ban de Seraing devant le tribunal de l’Anneau du Palais. Ce tribunal relevait de sa juridiction particulière. Il était à la fois juge et partie, on peut donc imaginer la sentence. Les Sérésiens récusèrent cette justice en arguant qu’elle n’était pas compétente pour juger leur différend et estimèrent que leur procès devait être jugé par l’Echevinage de Liège. Le prince ne l’entendit pas de cette oreille et s’entêta. Cette querelle au sujet « de pourceaux » devint un grave conflit dans lequel les institutions furent mises en péril. Le jour où la cause fut appelée devant le tribunal de l’Anneau du Palais, les Sérésiens, aidés par les liégeois, provoquèrent du tumulte, menacèrent et insultèrent le Prince, tant et si bien que le prononcé du jugement fut impossible. En vain l’élu s’obstina-t-il durant trois jours à le faire proclamer, il en fut chaque fois empêché par un désordre croissant. Jean de Bavière quitta Liège pour Diest et la sentence ne put être rendue.

Les Hédroits, des héros
Cette révolte dura dix ans, si on prend en compte la défaite écrasante du peuple à Othée, en 1404. Mais même après ce massacre, le peuple de Liège maintint la pression. Après maints épisodes sanglants, les révolutionnaires hédroits détruisirent en partie le pouvoir d’état du prince. En 1418, Jean de Bavière ou « Jean-sans-pitié », abdiqua et remit son évêché entre les mains du pape.

Les histoires des noms de rue vous fascinent ? Au Syndicat d’Initiative, nous vendons l’ouvrage très complet de René Crine, En parcourant les rues de Seraing (7€). Nous mettons également en consultation le livre Les rues de Seraing : histoire, toponymie, folklore écrit par Eugène Dounan et Nicolas Pirson (1952).

Sources :
Dounan E. et Pirson N., Les rues de Seraing, p. 254.
Ilustration : https://liegecitations.wordpress.com/2006/09/22/liege_bataille_othee_xv_jean_de_baviere/



Contactez-nous
Suivez-nous
Liens rapides
Newsletter
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
Rue du Val-Saint-Lambert, 243
4100 Seraing
info@siseraing.be
+32 4 336 66 16
Brochures
Réservation salle
Quoi de neuf ?
La ville de Seraing
Derniers événements
Contact
Mentions légales
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
 


   
© Copyright 2020 - Syndicat d'initiative de Seraing               Website crafted by              E-mage concept à Aywaille
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Ligne séparatrice
Syndicat d'initiative de Seraing - Tourisme - Lien
Retourner au contenu